Axe 1 – Systèmes véhiculaires verts et intelligents

Cet axe vise à obtenir à la fois une réduction suffisante des émissions de gaz à effet de serre (GES) et une autonomie satisfaisante, tout en tenant compte des contraintes de l’hiver québécois et des limites des systèmes de stockage d’énergie. Pour les véhicules légers et le transport en commun, la voie privilégiée est l’électrification, le stockage de l’énergie reposant sur des batteries ou sur l’hydrogène (piles à combustible). Pour les transports lourds et sur de longues distances, les carburants biosourcés offriront une solution viable à court et moyen terme. Enfin, les véhicules autonomes et intelligents permettront une meilleure efficacité énergétique tout en augmentant la sécurité routière, ce qui soulève toutefois une problématique d’acceptabilité sociale.

Responsable(s) :

Pillay, Pragasen (Université Concordia)

Kelouwani, Sousso (Université du Québec à Trois-Rivières [UQTR])

Ce thème réfère à l’utilisation des carburants alternatifs et à l’introduction de systèmes avancés d’aide à la conduite (SAAC). Le transport lourd est responsable en grande partie des émissions de GES du secteur des transports, qui représentaient 41 % du total en 2014. L’utilisation de carburants moins polluants que le diésel (gaz naturel, hydrogène, bio-carburant) demeure marginale en raison des défis liés à la motorisation thermique et à la disponibilité de ces énergies. L’électrification du train de propulsion est abordé, de même que l’utilisation de SAAC complémentaires à l’écoconduite. Le conducteur ne disposant que d’informations limitées sur les conditions de roulage, le trafic en temps réels et la météo, les SAAC collectent sur Internet des données permettant d’anticiper la consommation énergétique. Cette thématique s’intéresse également aux défis de l’automatisation des véhicules lourds dans le contexte des convois de camions.

Responsable(s) :

Le Ny, Jérôme (École Polytechnique de Montréal)

Kelouwani, Sousso (Université du Québec à Trois-Rivières [UQTR])

Ce thème réfère à l’optimisation énergétique et à la réduction des gaz à effet de serre
(GES) pour le transport urbain et péri-urbain, de même que pour le secteur minier. Pour le moment, aucune source d’énergie contribuant à la réduction des émissions de GES n’offre les mêmes performances que les hydrocarbures. De plus, ces sources, majoritairement de type électrochimique (batterie, supercondensateur, pile à combustible, etc.) sont affectées par la température ambiante. Pour favoriser leur adoption, il faut tenir compte de l’impact négatif des températures froides sur celles-ci. Des modèles multiphysiques permettront de maîtriser l’impact de la thermique sur les performances et de faire le lien entre les conditions d’opération et le rendement. Des cartes thermo-énergétiques permettront d’analyser les avantages technico-économiques de l’hybridation des sources, et de mettre au point des méthodes de gestion favorisant l’efficacité énergétique.

Responsable(s) :

Fernandes Trovão, João Pedro (Université de Sherbrooke)

Boulon, Loïc (Université du Québec à Trois-Rivières [UQTR])

Ce thème réfère à l’utilisation des carburants alternatifs et à l’introduction de systèmes avancés d’aide à la conduite (SAAC). Le transport lourd est responsable en grande partie des émissions de GES du secteur des transports, qui représentaient 41 % du total en 2014. L’utilisation de carburants moins polluants que le diésel (gaz naturel, hydrogène, bio-carburant) demeure marginale en raison des défis liés à la motorisation thermique et à la disponibilité de ces énergies. L’électrification du train de propulsion est abordé, de même que l’utilisation de SAAC complémentaires à l’écoconduite. Le conducteur ne disposant que d’informations limitées sur les conditions de roulage, le trafic en temps réels et la météo, les SAAC collectent sur Internet des données permettant d’anticiper la consommation énergétique. Cette thématique s’intéresse également aux défis de l’automatisation des véhicules lourds dans le contexte des convois de camions.

Responsable(s) :

Barnabé, Simon (Université du Québec à Trois-Rivières [UQTR])

Kelouwani, Sousso (Université du Québec à Trois-Rivières [UQTR])

Ce thème aborde les défis de l’optimisation des trains de propulsion pour les transports terrestres. La machine électrique et le contrôleur moteur demeurent des éléments clés de l’électrification des transports, tout gain d’efficacité réduisant la consommation du véhicule. C’est pourquoi le Départment de l’énergie (DoE) des É.-U. a défini pour 2020 une efficacité énergétique de 94 % (contre 90 % actuellement) sur une plus grande plage de puissance. Différentes approches sont envisagées : optimisation du design des moteurs, amélioration des contrôleurs, introduction de commandes intelligentes dans l’asservissement des moteurs, couplage direct entre la machine et la roue, etc. On analysera l’impact de l’utilisation des techniques de fabrication additive (impression 3D) sur l’amélioration de la densité énergétique des moteurs. On étudiera des techniques de gestion thermique et l’amélioration des propriétés électromagnétiques des machines par l’introduction de matériaux avancés.

Responsable(s) :

Pillay, Pragasen (Université Concordia)

Fernandes Trovão, João Pedro (Université de Sherbrooke)